Menu

Ariel Atom 4 : Pour faire changement des Mustang et des Challenger

Digne descendante de la Lotus 7 des années 50, l’Ariel Atom, un roadster pour le moins différent de la production automobile actuelle, a débuté sa carrière en 2000. Tout comme la Lotus de Colin Chapman, l’Atom est une création anglaise, bien que mue par un moteur Honda.

L’Atom 4, la dernière en lice, reçoit le quatre cylindres 2,0 litres turbocompressé de la Type R (en passant, la Type R a déjà été construite au Royaume-Uni) développant ici 320 chevaux et un couple de 310 livres-pied. Comme la petite voiture ne pèse que 1 350 livres (612 kilos), les performances sont tout simplement hallucinantes, on vous le confirme en trois copies notariées. O-100 mph (0-161 km/h) en 6,8 secondes, en route vers une vitesse de pointe de 260 km/h. Ça, c’est avec le moteur de base. Il est possible d’opter pour un upgrade électronique qui amènera l’écurie à 350 chevaux. Avec cette option, vient un différentiel à glissement limité, un contrôle de la traction ajustable et un échappement sport, entre autres.

Jusqu’à tout récemment, les différentes Atom étaient construites à Crewkerne, dans le Somerset. Elles le sont encore. Mais il y a maintenant une usine aux États-Unis, au Virginia International Raceway, à Alton, en Virginie.

La version virginienne de l’Atom 4 est largement inspirée de l’originale mais, marché américain oblige, on note quelques différences comme un pare-brise (petit mais qui ajoute au confort), un essuie-glace et une suspension révisée avec amortisseurs Eilbach.

Aux États-Unis, l’Atom 4 coûte 75 750$ ce qui, selon mon humble et toujours brillant avis, est une aubaine. L’option Performance ajoute 7 995$. Au Canada, il ne semble exister qu’un seul concessionnaire, Roadsport Ariel à Toronto.

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •