Menu

Cadillac CT4-V et CT5-V Blackwing: les moteurs à pistons ne sont pas encore morts!

Il fut un temps où Cadillac était au même niveau que Rolls-Royce ou Duesenberg, c’est-à-dire au sommet du luxe et de la technique automobile. Puis sont arrivées les années 70. Lentement mais très sûrement, Cadillac est devenue une marque presque banale. Les choses ont commencé à changer pour le mieux avec les Seville et Eldorado apparues en 1992, propulsées par le V8 Northstar. Peu à peu, la passion est revenue chez Cadillac. Les récents modèles portant la lettre V en sont la preuve vivante. Chez Caddy, le V est un peu comme le M de BMW, le RS de Audi ou les lettres AMG chez Mercedes. Et voilà que Cadillac vient tout juste de lancer deux modèles V Blackwing. Là, on jase!

Et sans doute pour la première fois, BMW, Audi et Mercedes doivent regarder Cadillac avec une certaine crainte, sinon une crainte certaine. La CT4-V Blackwing 2022 (photos de la voiture rouge), une berline compacte, est mue par un V6 biturbo de 3,6 litres déballant 472 chevaux et un couple de 459 livres-pied. Quant à la CT5-V Blackwing 2022 (photos de la voiture blanche), on parle d’un V8 6,2 litres suralimenté développant la bagatelle de 668 chevaux et 659 livres-pied.

Peu importe le modèle, une boîte automatique à 10 rapports relaie la puissance et le couple aux roues arrière. Pas de rouage intégral. Mais, bonne nouvelle, on peut remplacer l’automatique par une manuelle à six rapports. Oui monsieur, oui madame!

Les modèles V possédaient déjà un comportement routier de très haut niveau, à un poil des M, RS ou AMG. Personne n’a encore fait l’essai des Blackwing mais on est en droit d’espérer des performances vraiment hors de l’ordinaire.

La CT4-V Blackwing sera offerte à partir de 67 198$ tandis que sa grande sœur, la CT5-V Blackwing le sera à partir de 89 898$.

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •