Menu

Lamborghini Espada

La révolution de Ferruccio

La passion pour la mécanique pousse Ferruccio Lamborghini vers des études à l’institut de technologie de Bologne d’où il en sort diplômé en 1939. La guerre se déclare et notre jeune prodige devient mécanicien sous la gouverne des Anglais comme prisonnier.

Les beaux jours sont de retour et notre italien ouvre un petit garage dans sa ville natale. Il achète alors des véhicules militaires à l’abandon pour les transformer en tracteur agricoles. Après 10 ans de labeur. Sa fortune est faite. Puis il la double avec sa société de bruleurs à mazout. Il reçoit le titre honorifique de ¨Commendatore¨ et se porte acquéreur de plusieurs voitures de haut niveau dont quelques Ferrari.

C’est alors qu’il critique ouvertement ses Ferrari pour des problèmes mécanique récurrents. Enzo Ferrari s’en voit insulté et ne lui adressera jamais plus la parole. Ferruccio Lamborghini lui répondra par la fondation de sa propre société automobile, et présente la 350 GTV en 1963. Elle ne convainc pas, et sa version révisée, la 350 GT verra le jour en 1964. Mais son coup d’éclat surviendra en 1966 avec le dévoilement de l’une des plus belles voitures de tous les temps, la fabuleuse Miura, réalisée par le jeune Marcello Gandini pour le carrossier Bertone.

Sachant déjà qu’il ne peut compter seulement sur le succès de sa belle exotique, il travaille sur une autre voiture qui pourra accueillir 4 passagers tout en offrant des performances dignes de la marque. Bertone reçoit le mandat et présente un avant-goût au salon de Genève en mars 1967 sous l’appellation Marzal, basée sur une plate-forme de Miura allongée. La même année, Bertone présente la Jaguar Type E Pirana qui comporte déjà presque tous les éléments stylistiques propres à l’Espada. Le dernier opus, nommé Lamborghini 4 posti, sera proposé en mars 1968, au côté de sa petite sœur l’Islero, et sera baptisé quelques semaines plus tard Espada.

Entre son année de lancement et la fin de sa production en 1978, l’Espada a bien reçu quelques modifications d’ordre esthétique mais l’âme est demeurée la même. Selon les registres officiels de l’usine 1224 unités seulement sont sorties des chaînes d’assemblage.

L’Espada est devenue une voiture rare et enviée. Notre voiture vedette est une version série 2, livrée neuve en Suisse, et se voit encore plus rare dans sa livrée bleue ‘’Azzurro Mexico’’ et son habitacle tout de rouge vêtue. Selon les registres, 2 Espadas seulement ont reçu cette combinaison de couleur très seventies.

Ce magnifique coupé est bas à souhait. Sa silhouette se complète par un pare-brise très incliné tout comme sa lunette arrière qui se retrouve presque à l’horizontal. Afin de faciliter les manœuvres de recul, une petite lunette verticale s’ajoute au coffre. Détail amusant et pratique à la pompe, elle comporte 2 réservoirs d’essence dont les 2 accès sont cachés par de petits déflecteurs sur les ailes arrière.

Cette superbe Lamborghini se voit propulser par un V12 de 3,9 L à 6 carburateurs double corps (à peu de choses près, le même moteur que la Miura et les premières Countach). La puissance délivrée s’élève à 350 chevaux tandis que la vitesse maximum dépasse les attentes avec une pointe à 250 km/h.

L’Espada était considérée comme un véritable vaisseau spatial en 1968, ne ressemblant à rien d’autres. Lors de sa retraite 10 ans plus tard, elle était encore unique dans toute la production automobile. Merci à son propriétaire, Philippe Muratori pour sa généreuse collaboration.

 

Fiche technique

Lamborghini Espada 1972

 

Moteur                                               V12 6 carburateurs double corps

Puissance                                           350 chevaux

Transmission                                    Propulsion

Boîte de vitesses                               Man 5

Dimensions                                        2650 empattement

Poids                                                   1635 kilos

Consommation                                 23 l/100

0 à 100 km/h                                     6,9

Prix                                                     N/A

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •