google.com, pub-6080911976552646, DIRECT, f08c47fec0942fa0 data-ad-client="ca-pub-6080911976552646"
Menu

Milan Paulus : Des modèles réduits en papier plus vrais que nature!

La semaine dernière, nous vous avons parlé d’une Ferrari 812 Superfast qui arborait un wrap à l’effigie de Gilles Villeneuve. Les photos nous ont été gentiment fournies par Ludas Ludánek Úlehla. Ce dernier nous a alors mis sur une nouvelle piste… celle de Milan Paulus, un autre Tchèque, qui fabrique des maquettes de Formule 1 à l’échelle 1 :6 (c’est-à-dire six fois plus petites que le modèle original). Ses créations sont extraordinairement réalistes et, ce qui impressionne encore davantage, c’est qu’elles sont faites… en papier!

Eh oui, en papier! On retrouve aussi un peu de bois (cure-dents), de la ligne à pêche et un peu de métal ici et là. Milan Paulus utilise différentes épaisseurs de papiers qu’il découpe selon les plans qu’il a fabriqués au préalable. Puis, comme un modèle réduit en plastique, il assemble les différentes pièces. Les formes rondes sont les plus difficiles à recréer. Imaginez les pneus, tout en papier aussi. On pourrait les croire sortis d’un moule mais non. Pour les fabriquer bien ronds, faut beaucoup de matériel de remplissage, de sablage, de re-remplissage, de re-sablage… Pour la semelle, lorsqu’elle n’est pas lisse, Paulus dessine d’abord les rainures puis il les grave avec un fer à souder. Les décalques proviennent d’Internet mais sont adaptés selon les besoins de Paulus. Pour déterminer la dimension de chaque pièce, notre artiste peut se fier à une abondante littérature et à des photos. Et si les dimensions d’un élément est manquant, il peut le créer en utilisant la bonne vieille règle de trois.

Chaque voiture prend environ 270 heures à fabriquer et contient entre 1 500 et 2500 pièces et pèse entre 2 et 4 kilos. Si jamais l’une d’entre elles tombait par terre? Elle exploserait en mille morceaux.

L’œil le moindrement attentif aura tôt fait de remarquer que la collection de Milan Paulus ne contient que des Formule Un Ferrari. C’est que notre homme est un amateur inconditionnel de Formule Un, et de Ferrari. Il a vu sa première course de F1 à 11 ans, en1975, et l’année suivante il est devenu un Tifosi lorsque son pilote préféré, Niki Lauda, a eu un très grave accident au Nürburgring (sa Ferrari avait alors pris feu). Selon Paulus, la solidité du châssis de la Ferrari a sauvé Lauda et, depuis, la marque de Maranello prend toute la place dans son cœur. Sa première voiture ”papier” a vu le jour en 2008.

Milan Paulus rêve de fabriquer toutes les Ferrari de F1 depuis les débuts de la marque en compétition en 1948. Il a déjà fait parvenir une lettre à Ferrari pour informer ses hautes instances de son immense et superbe travail mais il n’a pas eu de retour. Il aimerait bien que ses chefs-d’œuvre se retrouvent à Maranello un jour. On lui souhaite.

Monsieur Paulus, nous admirons votre talent, votre patience et, surtout, votre passion. Le monde a besoin de plus de Milan Paulus.

La plupart des photos utilisées pour cet article proviennent du site https://sfcriga.com/milan-paulus-the-magician-of-paper