Menu

The Blues Brothers : pour la Bluesmobile, voyons!

Unique est le seul mot qui puisse définir avec justesse le film The Blues Brothers (Les frères Blues). En effet, comment qualifier autrement un long métrage qui mélange des poursuites de voitures haletantes et des numéraux musicaux?

The Blues Brothers est d’abord et avant tout une œuvre consacrée à la musique. Cependant, on ne le sait plus trop lorsqu’on le visionne, car l’automobile y occupe également une place prépondérante. C’est d’ailleurs ce qui justifie la présence de ce film dans nos pages.

Ça nous ramène au mot que nous citions d’entrée de jeu. Unique.

Un vrai groupe

Le groupe des frères Blues n’a pas été créé pour le film; il existait déjà. Les deux principaux acteurs, le Canadien Dan Aykroyd (Elwood Blues) et le regretté John Belushi (Jake Blues) l’avaient fondé en 1978 alors qu’ils étaient tous deux des comédiens réguliers de la célèbre émission « Saturday Night Live ».

Les deux acteurs, qui agissaient respectivement à titre de chanteur et de joueur d’harmonica, s’étaient adjoint les services de musiciens professionnels. Le groupe a même endisqué en 1978. Deux ans plus tard, un film était créé à partir des personnages qu’ils avaient inventé.

Voilà pour le contexte qui a donné naissance au film.

Histoire banale

L’histoire qui est relatée dans les frères Blues est académique. En substance, les frangins apprennent que l’orphelinat catholique où ils ont été élevés est menacé de fermeture s’il n’arrive pas à payer un montant de 5000 $ en arrérages de taxe.

Lors d’une visite à l’église, Jake Blues a une révélation. Il lui vient l’idée d’amasser les 5000 $ en reformant le groupe musical des frères Blues qui avait cessé ses activités le jour où il a été condamné à la prison.

Dès lors, les deux frères sont en mission divine et rien ne semble pouvoir les arrêter. Leur premier objectif est la reformation du groupe. Le deuxième, la tenue d’un concert-bénéfice pour récolter la somme souhaitée. Le duo a moins de deux semaines pour accomplir cette tâche.

À partir de là, disons que les rebondissements sont nombreux, tout comme les gags. Cependant, ces derniers ne sont pas tous drôles.

La Bluesmobile

Lorsque Elwood récupère Jake à sa sortie de prison avec une Dodge Monaco 1974, ce dernier est surpris de ne pas se retrouver dans une Cadillac, la Bluesmobile que possédaient vraisemblablement les frères avant la mésaventure de Jake. Forcé de la changer, Elwood a opté pour une ancienne voiture de police, question d’avoir les outils pour échapper de nouveau aux forces de l’ordre, advenant le cas où il serait nécessaire le faire.

D’après vous…

La Dodge Monaco va être mise à profit à plusieurs reprises pendant le film. Dès le début, les deux frères se font arrêter par deux patrouilleurs. Ces derniers découvrent qu’Elwood a 116 billets de stationnement impayés et 56 constats d’infractions émis contre lui. Avant d’être épinglé, il détale au volant de la Monaco et est prix en chasse par deux auto-patrouilles. La poursuite le mène, lui et son frère, directement dans un centre commercial où une scène de destruction inimaginable s’ensuit.

Pour l’occasion, les producteurs ont, littéralement, aménagé l’intérieur d’un centre d’achat, qui a ensuite été entièrement détruit. Ils ont eu la main heureuse en ce sens que l’endroit avait récemment été abandonné. C’est une scène à voir. Elle est aussi inhabituelle que tordante.

Une ex-copine enragée, des néonazis, un groupe blues raciste et des vedettes à la tonne

La cavale des frères Blues les met en contact avec une foule de gens. S’ils se font quelques amis sur le tas, ils réussissent à antagoniser la plupart des gens qu’ils rencontrent, dont une bande de néonazis de l’Illinois, toutes les forces policières imaginables et un groupe de blues qui sait manier les armes. Ce dernier en veut aux frères Blues qui se sont approprié leur nom d’emprunt afin de jouer à leur place dans un bar.

Si on vous parle de tous ces gens, c’est qu’ils se sont retrouvés, à un moment ou à un autre, au volant d’un véhicule impliqué dans une brouille avec la Bluesmobile. Même que l’un d’entre eux avait la chance de piloter une Ford Pinto familiale 1977. Cette dernière a terminé sa carrière écrabouillée à la suite d’une chute de plus 5000 pieds.

Quant aux vedettes ci-haut mentionnées, aucun rapport avec les bagnoles. Il est seulement intéressant de noter que The Blues Brothers a pu compter sur la participation de noms tels James Brown, Aretha Franklin et Ray Charles.

C’est une comédie musicale, ne l’oubliez pas.

Quant à la Ford Pinto, elle ne peut freiner à la fin du tronçon inachevé. Mais, plutôt que de s’écrouler, elle s’envole et se met à retomber alors qu’elle est rendue au sommet de la ville de Chicago. Si la scène est complètement ridicule, elle a quand même exigé une planification incroyable. Les producteurs ont eu besoin de l’autorisation de la ville et des instances chargées de réglementer le trafic aérien; on avait peur que la Pinto se désintègre lors de sa chute et que des pièces se retrouvent en plein centre-ville. Ce ne fut pas le cas. La voiture est allée s’écraser dans un champ à proximité du centre-ville, à l’endroit prévu à cet effet.

La scène finale

Les frères Blues réussissent à présenter leur concert-bénéfice. Ce dernier se déroule devant 5000 personnes, dont plusieurs policiers armés et les membres enragés du groupe de blues avancé précédemment. Grâce à la présence d’un passage souterrain, Elwood et Jake réussissent à filer à l’anglaise, mais sont rapidement pris en chasse par tout le monde.

La poursuite qui suit est l’une des plus incroyables à avoir été tournées. Il s’est détruit un nombre incroyable de voitures de police, 34 pour être exact. On a l’impression que c’est plus en regardant le film, mais un œil averti nous fait réaliser qu’on voit parfois le même accident sous différents angles.

L’un des moments forts de la poursuite se déroule dans les rues de Chicago, là où il n’était jamais facile d’obtenir des autorisations pour ce genre de tournage. Un clin d’œil a été fait au film The French Connection. En effet, la Dodge Monaco passe au même endroit où la Pontiac LeMans conduite par Gene Hackman avait fait l’histoire, neuf ans plus tôt.

À certains moments, la vitesse des voitures atteint 100 miles à l’heure, soit 160 km/h, et ce, en pleine ville. On y a mis le paquet et le résultat est intéressant. Toutefois, on remarque certains défauts à gros traits.

Conclusion

The Blues Brothers est devenu un film culte. Pour certains, c’est en raison de sa musique, pour d’autres, en raison de ses nombreuses poursuites de voitures.

Combien de films peuvent se targuer d’avoir séduit un auditoire en rapprochant deux solitudes?

C’est à voir, certainement. Cependant, soyons clairs; on ne parle pas d’un grand film ici, mais plutôt d’une œuvre qui a innové.

Fiche Technique

Titre original : The Blues Brothers

Version française : Les frères Blues

Année : 1980

Date de sortie : 20 juin 1980

Réalisateur : John Landis

Durée : 133 minutes

Acteurs principaux : John Belushi (Jake Blues), Dan Aykroyd (Elwood Blues), Carrie Fischer (l’ex-enragée), James Brown (révérend Cleophus James)

Budget : 27 000 000 $

Recettes : 115 229 890 $ (1983)

Voitures vedettes : Dodge Monaco 1974, Dodge Royal Monaco 1977, Ford Pinto familiale 1977, Ford LTD familiale 1975

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •