Menu

Volvo XC40 Recharge: le premier VUS électrique de Volvo

Benoit Charette

Le nom complet de ce VUS électrique est le XC40 Recharge P8 AWD. Bien des gens l’appellent simplement Recharge. Le style est connu. Volvo pour des raisons d’échéanciers et de délais serrés et d’économie d’échelle a tout simplement utilisé le châssis du modèle XC40 existant et a glissé des batteries sous le châssis et deux moteurs électriques synchrones à aimant permanent, un par essieu, ce qui en fait un véhicule quatre roues motrices. Les deux blocs sont identiques. Ils développent tous les deux 201 chevaux pour un total de 402 chevaux et 486 lb-pi de couple.

335 km d’autonomie

L’alimentation en électricité provient de batteries lithium-ion d’une capacité totale de 78 kWh (75 kWh net). La capacité annoncée est de 335 km, ce qui est un peu en dessous de la moyenne acceptable qui tourne en ce moment autour de 400 km, mais c’est sans doute amplement suffisant pour la majorité des utilisateurs. Pour le Recharge, Volvo fournit deux câbles, un pour les prises domestiques et un T2 de 16A. Si on branche ce dernier sur une borne rapide de 150 kW, on remplit les accumulateurs de 0 à 80 % en 40 minutes. Sur votre prise 220 à la maison, il faut compter environ 7,5 heures si les batteries sont à plat, ce qui est très rare.

Pas de rabais gouvernementaux

Le prix de base de ce modèle est de 64 950 $. Notre modèle à l’essai avec les quelques options (nous y reviendrons) était à un peu plus de 71 000$. Comme le 8 000 $ au Québec s’adresse au véhicule électrique de moins de 60 000 $, le XC40 n’est pas admissible. Même chose pour le gouvernement fédéral ou la barre est à 45 000 $. Toutefois, il y a une lueur d’espoir. Les responsables de Volvo Canada ont laissé savoir en conférence de presse que la famille de modèles XC40 allait s’agrandir et que certains modèles seraient plus abordables (il faut lire sous la barre des 60 0000 $). Mais ce ne sera pas avant une année ou deux.

Système Google intégré

À l’Image d’autres constructeurs comme Mercedes, Volvo a intégré le système Google Android dans le XC40 Recharge. Vous pouvez de chez vous programmer votre itinéraire, et demander via des commandes vocales une foule d’informations qui sont relayées via l’écran de navigation. Vous pouvez simplement demander Hey Google : dis-moi où se trouve la borne de recharge la plus près. Le système vous montre à l’écran en programmant l’itinéraire si vous le désirez. Vous avez une clé pour la voiture, mais il n’y a plus de démarreur. En prenant place à bord, le siège doté d’un capteur informe la voiture qu’on est prêt à partir. Elle s’active automatiquement, et c’est parti. Comme chez Tesla, la mise à jour du système informatique se fait en direct.

Et ça roule comment ?

La première impression en est une de poids. Ce petit véhicule fait 2 250 kilos, C’est presque 200 kilos de plus qu’un Tesla modèle Y Long range. Volvo a utilisé une plateforme existante pour sauver du temps et de l’argent, car ce projet est né dans la tête des gens de Volvo en 2017. En utilisant la même plateforme que le XC40, cela permet également de construire les modèles électriques dans une usine existante. Ce surplus de poids disparaît dès que l’on met le pied sur l’accélérateur. La réaction est très vive. La puissance et surtout le couple vous amènent à 100 km/h en 4,9 secondes en vous fouettant le cou. Il faut être vigilant, car la pédale d’accélération est très sensible. Nous avons apprécié la tenue de route. Vous avez deux modes de conduite : Normal, dans lequel la voiture roule en roue libre lorsque vous décollez, et One pedal ou une pédale, qui utilise le régénération pour ralentir la voiture de façon quasi instantanée quand vous relâchez la pression sur la pédale d’accélérateur. Le mode One Pedal est parfois utile en ville, mais le mode Normal donne un comportement plus agréable, plus fluide, qui le rend moins fatiguant à conduire. Les mouvements de caisse sont bien contenus même si la communication n’est pas très bonne entre le volant et la route. On sent encore cet espace de flou dans le volant. Vous avez le choix de roues de 19 pouces de série ou de 20 pouces en option.

Un intérieur agréable

Le côté agréable et épuré des modèles Volvo est toujours présent. Le tableau est identique à celui du XC40 régulier à l’exception de quelques fonctionnalités supplémentaires dans le Recharge. Côté sécurité, tout est là. Vous avez même un système capable de détecter des cyclistes ou des piétons qui permet en plus à la voiture de faire d’elle même un manoeuvre d’évitement, si elle ne peut s’arrêter à temps. Vous avez trois niveaux de freinage régénératif : neutre, moyen et fort. La dernière permet de ne presque jamais se servir de la pédale de frein. Pour le reste, le Volvo conserve ses sièges très agréables et son tableau bien présenté.  Notre modèle venait avec le système audio Harman Kardon (1 250$), les pneus 20 pouces (1 000$), la peinture métallique (900 $), l’ensemble climatique (Lave-glaces chauffants, Sièges arrière chauffants, Volant chauffant) pour 1000 $ et un ensemble d’options avancées qui comprend des Nettoyeurs de phares une assistance au pilote Intellisafe, des caméras 360 degrés, un point de charge 12V dans le coffre et un chargeur de téléphone intelligent sans fil pour un autre 2 000 $ pour un total de 71 200 $ plus 2 100 $ de frais de Transport et préparation.

Conclusion

Volvo prévoit amener au Canada quelques centaines d’unités au Canada pour l’année 2021. Dons, pas de grandes ambitions pour ce modèle. Tesla vend quelques centaines de modèles par mois. Mais, au-delà du prix, Volvo est un état d’esprit. Les gens qui aiment la marque vont aimer ce modèle et tout le monde sait que lorsqu’on aime on ne compte pas.

 

Forces

Format pratique et passe-partout

Excellente accélération

Système d’infodivertissement bien pensé

 

Faiblesses

Moins d’autonomie que plusieurs concurrents

Espace cargo pas très généreux

Accélérateur très sensible

 

 

 

 

 

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •